Même s’il a traversé quelques difficultés au cours des dernières années, Jérémie Blain n’a jamais abandonné et il a obtenu ce qu’il souhaitait cet été, c’est-à-dire un contrat avec une équipe de la LNH.

@MaximeDuquetmaxime-duquet

Le cheminement de Blain a débuté en 2008 alors que les Tigres de Victoriaville avait réclamé l’athlète de 6 pieds et 2 pouces au 2e tour du repêchage de la LHJMQ. Il a ensuite donné ses premiers coups de patin dans le circuit Courteau la saison suivante alors qu’il a pris part à 27 matchs avec les Tigres avant de poursuivre le reste de la saison et les deux suivantes avec le Titan d’Acadie-Bathurst. Par contre, les partisans à Victoriaville ont eu la chance de le revoir parmi eux lors de sa dernière année junior puisque le 2 janvier 2012, le Titan et les Tigres effectuaient une transaction impliquant le jeune homme natif de Longueuil. C’est avec un total de 132 points en 211 matchs que le défenseur terminait son stage junior.

En 2010, les Oilers d’Edmonton ont utilisé leur choix de 4e tour (91e au total) pour mettre la main sur Blain. Par contre, la joie aura été de courte durée puisque la direction ne lui a pas offert de contrat. Une décision qui a évidemment déçu le principal intéressé.

« C’est une grande déception. Lorsqu’on est repêché, on espère toujours obtenir une chance avec un premier contrat. Le hockey, cependant, est une business. Les Oilers avaient beaucoup de joueurs sous contrat. Ils devaient faire un choix. J’ai écopé. », a déclaré le jeune homme à Benoît Plamondon du journal La Nouvelle.

Blain s’est donc retrouvé dans la ECHL avec les Steelheads d’Idaho, où il a connu du succès avec une fiche de 7 buts et 24 mentions d’aide en 47 matchs. Ces belles statistiques lui auront permis d’avoir une promotion alors qu’il terminera la saison avec les Wolves de Chicago dans la Ligue américaine. En 25 matchs, il a récolté 4 mentions d’aide et il a terminé avec un cumulatif de -5.

Le 26 juin 2013 aura été une journée dont Blain se souviendra longtemps puisque c’est le jour où tous ses efforts et tous ses sacrifices ont été récompensés. Les Canucks de Vancouver lui offraient ce fameux premier contrat professionnel qu’il attendait depuis le jour où il a enfilé la casquette et le chandail des Oilers lors du repêchage de 2010. C’est un contrat de trois ans à deux volets et il empochera un peu moins de 600 000 par saison.

L’athlète de 21 ans quittera bientôt pour Vancouver et il tentera de se tailler un poste régulier avec les Comets d’Utica, le nouveau club-école des Canucks de Vancouver.

Le message qu’il faut saisir dans ce texte est qu’un échec ne signifie pas la fin immédiatement. Il faut continuer à travailler et forcer la main des dirigeants et c’est exactement ce que Jérémie Blain a fait la saison dernière. Maintenant, il a un contrat pro en poche et tout est possible dans son cas!

Crédit photo : Jason Kurylo